Lucas, père de famille de 40 ans, fréquente un groupe de parole dédié aux auteurs de violences conjugales de l’APEX depuis plus de 6 mois. D’abord très réticent, il a fini par apprécier ces ateliers. Au point de décider, passé les 21 séances légales, d’y rester pour poursuivre son travail. Rencontre.

Lire l’article sur : https://www.lindependant.fr/2020/02/16/dossier-apex-a-perpignan-lucas-javais-limpression-que-cetait-pas-ma-place-mais-aujourdhui-je-leur-dis-merci,8736174.php